Access Code School (ACS), École du numérique pour tous en Bourgogne Franche-Comté, Auvergne Rhône-Alpes, Centre Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine

Blog

Transhumanisme : Partie 1

Définition et applications

Selon la définition du site IAtranshumanisme, « le transhumanisme peut se définir comme étant une façon de penser qui préconise l’utilisation des sciences et de la technologie afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des humains ».

La disparition de la maladie, du handicap, voire de la mort, si l’on pousse le concept encore plus loin.

Bien que le premier usage connu du terme remonte aux années 50, on peut en retrouver des exemples dans l’Antiquité. Les mythes sont nombreux autour de la recherche de l’immortalité ou de la source du pouvoir des Dieux.

La création et pose de membres artificiels ne datent également pas de notre époque.

Une momie datant de l’Egypte ancienne (environ 1000 avant J.C .) a été retrouvée avec un orteil sculpté dans le bois pour en remplacer un manquant sur son pied droit.

Prothèse momie orteil

Dépassant le pur esthétisme, le Moyen-âge voit se développer des prothèses à usage fonctionnel comme les crochets et les pilons.

Suite aux deux Grandes Guerres Mondiales qui laisseront infirmes plusieurs millions de soldats, le XXe siècle permettra de réaliser des progrès phénoménaux.

Les premières prothèses de genoux articulés font leur apparition dans les années 60, grâce à une aide financière conséquente du gouvernement américain.

Le courant du transhumanisme, réduit il y a encore peu à l’état de fantasme de romancier, commence à voir apparaître des applications bien réelles.

L’implant rétinien, ou « œil bionique », propose un confort non-négligeable aux malvoyants.
Encore loin de rendre la vue aux personnes définitivement aveugles, l’Argus II tient en 3 éléments : une paire de lunette équipée d’une caméra, un implant et un boitier.

Implant rétinien

La caméra enregistre les images, puis les diffusent en Wifi au boitier qui les décodent pour l’implant positionné dans l’œil de la personne.

La rétine est ainsi stimulée, les contrastes sont accentués et le patient peut distinguer nettement plus aisément les formes et les lumières face à lui.

Jason Barnes, musicien de profession, a perdu son bras en 2012 dans un accident, l’empêchant ainsi d’exercer son métier.
Suite à une greffe en 2014, puis à des améliorations sur sa prothèse en 2017, il peut depuis rejouer plusieurs instruments.

Jusque-là utilisées pour « réparer », les sciences et technologies sont de plus en plus développées dans un but simple : l’amélioration de l’humain, de ses capacités intellectuelles et physiques, au point même de dépasser l’humain et de devenir « post-humain ».

En terme d’altération du corps humain, les puces sous-cutanées ont été autorisées par la FDA américaine (un équivalent à notre Agence de santé publique en France) en 2004, à des fins de récupérations d’informations sur les malades.

Quand certains se font implanter leur carte vitale dans le bras, d’autres préfèrent y ajouter un porte-monnaie dédié à régler leurs consommations dans une boîte de nuit (le Baja Beach Club, à Barcelone).

On peut trouver de nombreux exemples d‘exosquelettes dans la fiction (dernièrement, Edge of Tomorrow ou Elysium au cinéma, The Surge ou Wolfenstein : The New Colossus pour les jeux vidéo).

Outre des intérêts militaires évidents (assistance au déplacement des troupes terrestres, amélioration des capacités de combat…), son utilité se retrouve également dans le domaine civil.

« Hercule », projet développé au départ par le département de l’armement français (DGA), sert aujourd’hui au transport de personnes handicapées ou d’objets au poids conséquent.

Hyundai et Panasonic réfléchissent à équiper leurs manutentionnaires d’exosquelettes afin de leur éviter des efforts trop importants dans leur travail au quotidien.

Exosquelette au travail
(Source de l’image : www.sciencesetavenir.fr)

À venir dans un prochain article, les nombreuses controverses qui gravitent autour du sujet.

 

Article écrit par Jim P. en collaboration avec Loan P.

About the Author

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *